Le plus beau des sports

Histoires de tennis et opinions

Le meilleur joueur de tous les temps : Ă  venir

Les surfaces de jeu : Lire ici pourquoi la terre battue est la meilleure surface pour jouer au tennis

__________________________________________________________________________________
En France, on a oublié le double. - sdj mai 2015

En France, sur les écrans, dans les journaux, le jeu de double a disparu. Il n’intéresse les médias que lors des rencontres de Coupe Davis.

Dans l’Equipe du lundi qui suivait le Masters 1000 de Bercy en 2012, il n’y avait pas les résultats de la finale du double. La semaine suivante, le 7 novembre sur Canal+ sport, c’est le début du "Masters" de tennis organisé par l’ATP avec les 8 meilleurs joueurs de simple et les 8 meilleures équipes de double de l’année.
Le présentateur, Sébastien Heulot, regrette de devoir faire attendre le téléspectateur pour le match de simple Berdych-Tsonga à cause du double qui n’est pas terminé. Et il insiste : "comme nous n’avons RIEN à vous montrer puisqu’il n’y a qu’un double messieurs, nous allons parler football". Vingt minutes plus tard, il déclare : "le double est ENFIN terminé, place à Berdych vs Tsonga…"
A la télévision, pendant Roland Garros, il doit y avoir 2 ou 3 heures de diffusion de doubles pour 200 heures de simples !
En France, on nous dit en 2015 que Kristina Mladenovic est une joueuse irrégulière qui n’est pas du niveau de Caroline Garcia ou d'Alizé Cornet. Comment ! J’ai mal entendu ! Cinq finales de grand chelem dont 2 titres, ça ne compte pas ?

Ce désintérêt des médias français est l’une des raisons principales de la désaffection du joueur de club français pour le double.
A l’étranger et particulièrement dans les pays anglo-saxons, on sait que le double est plus amusant et plus spectaculaire que le simple. On sait qu’on peut y jouer plus longtemps. On sait aussi qu’on s’y fatigue et blesse moins.
En Australie le championnat national senior par équipes de provinces ne se joue qu’en double. C’est une semaine de fête du tennis appelée "Carnaval" qui précède les championnats internationaux seniors d’Australie.
En Allemagne, en Autriche, en Suisse, en Grande-Bretagne, il n’est pas rare de voir tous les courts du club occupés par des parties de double.

La Fédération Française de Tennis semblait avoir pris conscience du problème quand il y a une vingtaine d’années, sous l’impulsion de Patrice Dominguez, elle faisait paraître un classement des joueurs de double. Mais cela a disparu depuis car les joueurs nés avant 1960 laissent progressivement la place à leurs enfants qui ne connaissent plus le double.
Coïncidence ou non, cette évolution franco-française semble parallèle à celle qui a fait que le tennis en France se joue maintenant en majorité sur béton.
Contrairement à ses voisins, la France ne joue plus en double et ne joue plus sur terre battue. Est-on certain d’être sur la bonne voie ?